ORPI PAIMPARAY IMMOBILIER Les Andelys
ORPI PAIMPARAY IMMOBILIER Les Andelys

Vente immobilière à Pont-Saint-Pierre : vos obligations en tant que vendeur vis-à-vis de votre acquéreur

Partager sur :
Vente immobili\u00e8re \u00e0 Pont-Saint-Pierre : vos obligations en tant que vendeur vis-\u00e0-vis de votre acqu\u00e9reur

Une transaction immobilière réalisée comme il faut dépend à la fois de démarches réglementaires, mais également d’une relation de confiance entre l’acheteur et le vendeur.

Pour vous, propriétaire-vendeur lors d’une vente immobilière à Pont-Saint-Pierre, vous devez notamment répondre à trois obligations envers votre repreneur afin de lui assurer une transaction qui soit à son avantage et ainsi l’inciter à l’entreprendre jusqu’au bout. Voici de quoi il s’agit. 

 

Une obligation d’information


Fait important dans une transaction immobilière, l’acheteur ne doit en aucun cas se sentir trompé de quelque sorte tout au long du processus de vente immobilière à Pont-Saint-Pierre. Le risque est de le voir se rétracter à tout moment en cas de découverte d’un élément important ayant pu l’influencer dans sa décision d’acquérir le bien. Afin d’éviter une telle situation, vous devez faire foi d’une obligation d’information envers lui.

En pratique, il s’agit de lui fournir tous les renseignements concernant le bien avant la première signature : les résultats des diagnostics obligatoires, les règlements spécifiques liés à la copropriété, et surtout les informations concernant l’état du bien.

 

Une obligation de délivrance


Dès lors que la dernière signature est réalisée entre votre acquéreur, vous-même et en présence du notaire, cela signifie que le bien concerné par la vente immobilière à Pont-Saint-Pierre a changé de main. Officiellement, vous n’en êtes plus le propriétaire, ce qui implique que vous devez le céder à son repreneur. Ce processus répond à une obligation de délivrance de votre part, se manifestant par la remise des clés à votre repreneur. 

 

 

Une obligation de garantie


En délivrant les clés à l’acquéreur, vous devez également lui témoigner une garantie de jouissance du bien. En d’autres termes, il en sera l’unique décisionnaire concernant son utilisation ou les travaux à y entreprendre sans que vous n’ayez la possibilité d’interférer dans ses projets.

A cela s’ajoute une garantie contre les vices cachés, permettant au repreneur de faire valoir ses droits (l’annulation de la vente, la récupération de toutes les sommes déjà réglées, la possibilité d’obtenir une indemnisation) en cas de découverte d’un défaut caché sur le bien.